mardi, 19 août 2014

Le Turkménistan va se lancer dans l’exportation d’engrais

Le président Berdymoukhamedov a posé la première pierre d’une usine d’urée (carbamide) de 1,3 milliard USD construite à Garabogaz, pour le compte de la société d’État Turkmenkhimia, par un consortium international composé des sociétés GAP Inşaat, filiale de Çalık Holding (Turquie), et Mitsubishi Corporation (Japon). Les présidents des deux entreprises, respectivement Ahmet Çalık et Ken Kobayashi étaient présents à la cérémonie. La construction est financée à 85 % par la Japan Bank for International Cooperation (JBIC) et le reste par l'État turkmène.

La production de l’usine sera de 1,155 million de tonnes par an et elle entrera en service en 2016. À ce moment, la production turkmène d’engrais azotés dépassera les deux millions de tonnes.

Actuellement, les besoins du pays en fertilisants sont couverts par une usine déjà existante, à Tedjen (350 000 t/an). Une autre unité est en cours de construction, à Mary. Elle aura une production de 640 000 t/an.

Selon Ahmet Çalık, le président de Çalık Holding, interviewé par la chaîne de télévision Altyn Asir, grâce à ces nouvelles capacités le Turkménistan va rejoindre dans un proche avenir les rangs des pays exportateurs de fertilisants. Les experts estiment qu’un tiers de la production totale d’engrais azotés sera consommé par l’agriculture turkmène, le reste était destiné à l’exportation.

La matière première principale pour l’usine de Garabogaz sera le gaz naturel. Les installations intégreront les dernières technologies de la société italienne Saipem et de l’entreprise danoise Haldor Topsoe AS, leaders sur le marché. En plus du carbamide, l’usine produira 660 000 tonnes d’ammoniac par an.