mercredi, 20 mars 2019

Le roi de Bahreïn en visite d’État au Turkménistan

Du 17 au 19 mars, le roi de Bahreïn, Hamad ben Issa Al Khalifa, a effectué sa première visite au Turkménistan, au cours de laquelle il a eu des rencontres au sommet avec le président Gourbangouly Berdymoukhamedov. Les deux chefs d’État ont également assisté à la signature de dix documents destinés à renforcer les liens entre les deux pays.

À l’issue des négociations, d’abord en tête à tête, puis élargies aux délégations, s’est tenue une conférence de presse au cours de laquelle le président turkmène a réaffirmé que le développement du partenariat avec les pays du Moyen-Orient était l’une des priorités de la politique extérieure de son pays.

Depuis l’établissement des relations diplomatiques en 1995, la coopération bilatérale s’est étendue et renforcée dans de nombreux domaines et un certain nombre de manifestations sont en préparation pour célébrer le 25e anniversaire de cet événement, en décembre de l’année prochaine.

Les parties se sont déclarées attachées à renforcer leur coopération, notamment au sein des organisations internationales, pour assurer la sécurité en Asie centrale et au Proche-Orient, mais aussi dans le monde.

Du point de vue économique, les chefs des deux États ont constaté que la position géographique de leurs pays et leurs ressources naturelles ouvraient des possibilités énormes pour un partenariat commercial, notamment dans le domaine de la fourniture de ressources énergétiques aux marchés mondiaux. Dans ce contexte, le Turkménistan considère que le projet de gazoduc TAPI, dont la réalisation avance rapidement, peur offrir de grandes opportunités d’affaires aux sociétés bahreïnies qui voudront y participer.

Par ailleurs, le Turkménistan estime que l’heure est venue de mettre en place une commission conjointe de coopération économique, tant le spectre des partenariats possibles est grand, que ce soit dans l’agriculture, les communications, l’industrie chimique, les textiles, le secteur banquier et financier, l’industrie alimentaire, etc.

Dans le domaine des transports, la participation du Bahreïn au corridor de transport Asie centrale-Moyen Orient a également été évoquée, l’infrastructure portuaire de l’État du Golfe Persique constituant un atout maître en ce sens.

À l’issue des entretiens, un communiqué commun a été publié et plusieurs documents signés : un accord entre les deux gouvernements sur la mise en place mutuelle d’un régime sans visa pour les détenteurs de passeports diplomatiques et de service, ainsi que des protocoles d’entente intergouvernementaux dans les domaines des sports, de l’éducation, du tourisme, de l’e-gouvernement, du transport, de culture et des droits des femmes/Les banques centrales des deux pays ont également conclu un protocole d’entente.

À ces documents viennent s’ajouter d’autres qui ont été signés pendant le forum d’affaires turkméno-bahreïni qui s’est tenu les 16 et 17 mars, avant l’arrivée du roi :

— un protocole d’entente entre les Chambres de Commerce et d’Industrie des deux pays,

— un protocole d’entente et accord de confidentialité entre le consortium Turkmengaz et la société Gulf Petrochemical Industries sur la coopération dans le domaine de l’industrie gazière et chimique ;

— un protocole d’entente et accord de confidentialité entre le consortium Turkmenkhimiïa et la société Gulf Petrochemical Industries.

Ce forum, organisé conjointement par les Chambres de Commerce et d’Industrie des deux pays a permis aux milieux d’affaires du Bahreïn de se familiariser avec le potentiel économique du Turkménistan et les possibilités d’investissements dans le commerce, la banque, le pétrole, le gaz et d’autres industries.