mercredi, 08 octobre 2014

L’Union européenne veut poursuivre les négociations sur le gazoduc transcaspien

L’Union européenne est toujours disposée à poursuivre les négociations avec l’Azerbaïdjan et le Turkménistan sur la réalisation du projet de gazoduc au travers de la mer Caspienne.

Selon une source au sein du département de l’Énergie de la Commission européenne, citée par l’agence Trend.az, l’Europe est déterminée à poursuivre le processus, aussi bien au niveau bilatéral avec chacun des deux partenaires, que trilatéral.

Le gazoduc transcaspien, d’une longueur de quelque 300 km au fond de la mer Caspienne entre le Turkménistan et l’Azerbaïdjan, permettrait d’acheminer du gaz turkmène jusqu’en Turquie et, de là, en Europe. En juin 2013, un protocole d’accord a été signé entre les gouvernements d’Achgabat et d’Ankara sur la livraison de gaz naturel turkmène en Turquie et vers l’Europe.

La construction de l’ouvrage sous-marin s’est heurtée à l’hostilité de la Russie et de l’Iran, officiellement en raison des risques écologiques pendant la construction. Cependant, le récent sommet des pays de la Caspienne, fin septembre, a ouvert de nouvelles perspectives pour trouver un accord sur le statut légal de cette mer fermée, ce qui permettrait d’envisager la construction du gazoduc sans soulever d’oppositions formelles d’autres pays riverains.

De son côté, le Turkménistan a toujours défendu l’idée que l’accord des pays par lesquels le gazoduc doit passer est suffisant pour le construire. Or l’Azerbaïdjan a déjà manifesté sa volonté de mettre en œuvre le projet en fournissant les infrastructures et les capacités de transit nécessaires.