Imprimer cette page
dimanche, 01 décembre 2019

Les présidents des pays d’Asie centrale se retrouvent à Tachkent

Tachkent, la capitale de l’Ouzbékistan, a accueilli la deuxième réunion consultative des chefs des États d’Asie centrale. Le but de la conférence était d’initier une convergence des cinq pays concernés pour parvenir, à terme, à une intégration économique et une entente politique face aux défis internationaux. Il s’agissait, lors de cette rencontre, de discuter des moyens de rapprochement entre les cinq pays du format et de relever des défis communs.

Les participants à ce sommet étaient les présidents Chavkat Mirziïoïev de l’Ouzbékistan, Sooronbay Jeenbekov du Kirghizistan, Emomali Rakhmon du Tadjikistan et Gourbangouly Berdymoukhamedov du Turkménistan. Le Kazakhstan n’était pas représenté par son chef de l’État en titre, mais par Noursoultan Nazarbaïev, le premier président de la république qui a quitté ses fonctions en mars 2019.

Les résultats de la rencontre ont été exposés dans une déclaration commune signée par les participants. Les participants y soulignent le rôle essentiel des pays d’Asie centrale dans la lutte contre les problèmes urgents et aigus de toute la région par le biais de consultations fondées sur le consensus, l’égalité et le respect des intérêts mutuels,

Ils notent la nécessité de renforcer la confiance politique et la compréhension mutuelle entre les États, d’élargir les liens commerciaux et économiques, les investissements, les transports et les communications, ainsi que les relations socioculturelles,

Ils attachent aussi une importance particulière à l’approfondissement des interactions dans la lutte contre le terrorisme international, l’extrémisme religieux, le trafic illicite de drogues, les migrations illégales, le crime organisé transfrontalier et les cyber-menaces,

Parmi les mesures adoptées, il convient de citer la mise en place d’un système de consultations politiques et d’interactions pratiques de manière à exploiter pleinement les possibilités du dialogue entre les cinq pays de manière à faire de l’Asie centrale une région sûre et prospère ; la stimulation de la coopération régionale dans les domaines de la politique, de la sécurité et du développement durable ; la poursuite des consultations en vue de l’instauration de la paix en Afghanistan ; des mesures conjointes pour mettre en place des infrastructures de production modernes répondant aux objectifs des cinq pays en matière de développement industriel ; le renforcement de l’interaction dans le bassin de la mer d’Aral.

Le sommet a également décidé le transfert au Tadjikistan de la présidence du Fonds international pour la sauvegarde de la mer d’Aral pour la période 2020-2022. Cette présidence a été exercée par le Turkménistan en 2018-2019. Quant à la prochaine réunion consultative des chefs d’État d’Asie centrale, elle aura lieu à Bichkek, au Kirghizistan, en 2020.

En marge de sa participation au sommet des cinq chefs d’État, le président Berdymoukhamedov a eu des entretiens bilatéraux avec son homologue ouzbek, Chavkat Mirziïoïev. À cette occasion, les parties ont confirmé leur volonté mutuelle de développer la coopération pour maintenir la stabilité en Asie centrale et de créer des mécanismes de prévention des situations de conflit dans la région tout en poursuivant l’interaction sur les questions urgentes de lutte contre le terrorisme, l’extrémisme, la criminalité transfrontalière, etc. Le Turkménistan et l’Ouzbékistan comptent également poursuivre leur coopération dans le cadre des organisations internationales et régionales telles que l’ONU, l’OSCE, la CEI, l’OCI, etc.

Pour les deux dirigeants, le gazoduc Turkménistan-Chine, mis en service en décembre 2009 et traversant le territoire de l’Ouzbékistan, est un exemple de coopération réussie. La construction d’une autre branche du gazoduc le long de la route Turkménistan-Ouzbékistan-Tadjikistan-Kirghizistan-Chine, d’une capacité de 25 milliards de m3 par an est d’ailleurs prévue.

MM. Berdymoukhamedov et Mirziïoïev sont également convenus de la nécessité de créer une infrastructure puissante et moderne pour unifier les systèmes de transport en Asie centrale, en Europe et au Moyen-Orient. Dans ce contexte, le Turkménistan est prêt à travailler avec l’Ouzbékistan pour la route de transport Ouzbékistan-Turkménistan-Mer Caspienne-Caucase du Sud, donnant accès aux ports de la mer Noire de Géorgie, de Turquie, de Roumanie et d’autres pays. Le Turkménistan est intéressé par la possibilité d’une connexion ferroviaire entre l’Asie centrale et la Chine via l’Ouzbékistan.

Dans ce contexte, le Turkménistan examinera favorablement toute proposition de l’Ouzbékistan visant à accroître les exportations ouzbèkes vers les marchés de l’Europe, de la Russie et du Caucase via l’infrastructure côtière de la Caspienne. Les deux pays ont la volonté de coopérer pour le développement du tourisme international.

Au cours de sa visite, le président turkmène a reçu le titre de membre honoraire de l’Académie des sciences de l’Ouzbékistan. Il est le premier chef d’État étranger à recevoir ce titre.