Imprimer cette page
jeudi, 23 janvier 2020

Réunion élargie du Conseil de sécurité nationale turkmène

Le ministre de la Sécurité nationale rétrogradé


Lors d’une réunion élargie du Conseil de sécurité nationale (CSN) du Turkménistan, les chefs des forces armées et des forces de l’ordre ont présenté au chef de l’État leurs rapports annuels pour 2019. Le président Berdymoukhamedov a mis à profit la circonstance pour exprimer son mécontentement quant au travail de plusieurs responsables

Yaïlym Berdiev, l’officier le plus haut gradé du Turkménistan, a été rétrogradé du rang de colonel général (équivalent de général de corps d’armée) à celui de lieutenant général (général de division) en raison de la « mauvaise exécution de ses fonctions officielles et des manquements dans son travail ». Il a également été relevé de son poste de secrétaire du CSN. Cependant, il continuera à exercer les fonctions de ministre de la Sécurité nationale. Selon le président, cette réprimande constitue un dernier avertissement pour changer ses méthodes de travail.

De son côté, le ministre de la défense, major général Beguentch Goundogdiev, qui occupe ce poste depuis juin 2019, a été sévèrement réprimandé en raison également de « la mauvaise exécution de ses fonctions officielles et des manquements dans son travail ». Il s’agit, là aussi, d’un dernier avertissement.

En revanche, le recteur de l’Institut du ministère des Affaires intérieures, Tcharymourat Amanov, a été promu de major général à lieutenant général de la police en raison des bons résultats obtenus dans la formation des officiers des forces de l’ordre.

Après avoir écouté le rapport des responsables de forces armées et de l’ordre, le président a donné quelques brèves instructions :

Sur la Sécurité nationale, il a déclaré que le rôle clé du ministère est de protéger les intérêts vitaux de l’individu, de la société et de l’État dans toutes les sphères d’activité et contre toutes les menaces, de manière à assurer le développement durable du pays. La bonne exécution de ces missions dépend, selon lui, de la formation théorique des cadrés et de leur capacité à comprendre les sciences modernes et les technologies numériques.

En ce qui concerne le ministère de la Défense, il a préconisé des mesures pratiques visant à former le personnel et à éduquer les jeunes soldats aux meilleures traditions de patriotisme et de fidélité au devoir. L’introduction des technologies de pointe et la numérisation des forces armées devraient être accélérées. La fête professionnelle des forces armées sera célébrée le 27 janvier 2020.

Le ministère des Affaires intérieures devrait accroître son efficacité et améliorer les fondements juridiques et organisationnels de ses activités. Un contrôle strict devrait être exercé sur les questions liées à la lutte contre la criminalité. Là aussi, une attention particulière devra être accordée à la mise en œuvre du système de numérisation et de gestion électronique des documents.

En ce qui concerne le pouvoir judiciaire, les fondements d’une procédure judiciaire efficace devraient être renforcés. Les qualifications des juges devraient être améliorées, notamment en organisant des cours spéciaux pour les juges et les fonctionnaires des tribunaux sur les technologies numériques modernes.

De même pour le Parquet général : les autorités chargées des poursuites devraient se concentrer sur la protection des droits et libertés des citoyens et des intérêts de la société et de l’État.

Quant aux services des Frontières, des Douanes et des Migrations, ils doivent être dotés d’équipements de pointe, notamment de technologies numériques, et leurs agents devraient bénéficier d’une meilleure formation et d’une amélioration de leurs conditions de travail.