vendredi, 27 mars 2020

L’UIET travaille sur l’admission d’entreprises étrangères dans ses rangs

L’Union des Industriels et Entrepreneurs du Turkménistan (UIET) s’est engagée dans la tâche de mettre au point un programme de travail pour 2020, destiné à tenir compte de la nouvelle loi d’octobre 2019 régissant l’organisme patronal.

Parmi les soixante points étudiés, l’un des principaux est l’adoption d’un nouveau règlement sur l’admission à l’UIET de personnes physiques et morales exerçant des activités à l’étranger, comme l’autorise la nouvelle loi. En effet, son article 7 dispose que les parties étrangères engagées dans des activités entrepreneuriales au Turkménistan, sur la base d’une forme mixte de propriété, peuvent être membres de l’Union et agir en conséquence.

Le programme prévoit également la création, au sein du service juridique de l’UIET, d’une unité chargée d’étudier les adhésions à l’Union. Actuellement, l’admission à l’Union est effectuée par la Direction Générale de l’organisme. Les entrepreneurs paient un droit d’entrée et une cotisation annuelle en fonction de leur revenu : elle est de 200 manats pour ceux qui gagnent jusqu’à 200 000 manats et de 800 au-delà.

Un autre objectif de l’UIET est d’augmenter la part du secteur privé dans le PIB à 72,5 % d’ici 2024 conformément au Programme national de soutien aux PME pour 2018-2024. L’organisation aidera les entreprises et les entrepreneurs turkmènes à accroître leur productivité et la circulation des produits. Cette année, le secteur privé va mettre en service 21 installations commerciales et industrielles supplémentaires. Il est également prévu que les membres de l’Union participent activement à la privatisation des biens de l’État.

Le développement de l’industrie du tourisme dans le secteur privé fait également partie des tâches de l’UIET. Elle prévoit d’élaborer et de proposer à l’examen un projet de révision de la loi du Turkménistan sur le tourisme, ainsi qu’un concept pour le développement de ce système.

Dans le cadre de la politique nationale de numérisation, l’Union prévoit la création et la mise en service d’un portail Internet unique pour ses membres, ainsi que d’une base de données numérique contenant des informations juridiques, économiques, statistiques et autres.

L’Union travaille aussi sur la manière de faciliter et de rendre plus efficaces les missions de ses experts qui travaillent à l’élaboration de propositions pour les autorités locales afin d’améliorer le travail des entrepreneurs.

Fondée en 2008, l’UIET compte actuellement quelque 24 200 membres.