mardi, 09 juin 2020

Inauguration d'un « Pont de l’amitié » entre le Turkménistan et l’Iran

Les deux villes homonymes de Sarakhs, de part et d’autre de la frontière entre le Turkménistan et l’Iran, sont désormais reliées par un nouveau pont routier. En raison de la situation sanitaire mondiale, c’est par vidéoconférence que les responsables des deux pays ont célébré la mise en service de l’ouvrage. La partie turkmène était dirigée par le ministre de la Construction et de l’Architecture, Rakhym Gandymov, et la délégation iranienne par le ministre des Routes et du Développement urbain Mohammad Eslami.

Après avoir noté l’importance du développement des itinéraires de transport dans la période actuelle, les parties se sont félicitées de l’ouverture du nouveau pont routier, résultat d’une activité commune et coordonnée entre les deux pays. Cette réalisation est ainsi le symbole du renforcement de la coopération bilatérale dans le domaine du transport.

C’est l’ambassadeur d’Iran au Turkménistan qui, lors d’une interview à l’agence iranienne IRNA, a donné au nouvel ouvrage le surnom de « Pont de l’amitié » puisqu’il est, selon lui, une source supplémentaire pour le renforcement des liens d’attachement entre les deux nations.

Ce pont, destiné à élargir et développer le transport routier entre les deux pays, doit également permettre la reprise du transit de passagers lorsque la situation sanitaire liée à la pandémie de coronavirus le permettra. À ce moment, toujours selon l’ambassadeur, la République islamique d’Iran sera prête à reprendre toutes ses relations avec le Turkménistan.

Depuis le début de la crise, le Turkménistan et l’Iran tiennent des consultations au sujet du régime d’exploitation des points de contrôle frontaliers où ils construisent conjointement des installations de désinfection en conformité avec les procédures sanitaires pour le transport direct des marchandises à travers les frontières.