En novembre, une mission du Fonds monétaire international (FMI) dirigée par Mme Natalia Tamirisa a effectué une visite d’étude au Turkménistan dans le but d’évaluer les développements récents et de discuter des priorités de politique économique et financière avec de hauts responsables gouvernementaux, des entrepreneurs, des hommes d’affaires et des financiers.

Il s’agissait avant tout d’effectuer une étude d’étape des résultats de la stratégie du Turkménistan pour une croissance forte fondée sur l’investissement et étayée par une politique de substitution des importations et de promotion des exportations, des prêts dirigés et des contrôles de change sur les transactions internationales.


La capitale turkmène a accueilli une exposition internationale et une conférence consacrées à l’éducation et au sport, avec la participation de plus d’une cinquantaine d’entreprises étrangères de renom spécialisées dans les ordinateurs, les supports logiciels, les équipements multimédias, le mobilier scolaire, les supports pédagogiques et visuels, le matériel de laboratoire, les équipements sportifs, etc.

Les participants venaient de nombreux pays partenaires du Turkménistan, parmi lesquels la Chine, la Russie, les États-Unis, le Canada, le Royaume-Uni, la France ainsi que plusieurs autres pays de l’Union européenne, sans oublier la Corée du Sud, l’Inde, la Turquie, et les pays d’Asie centrale et du Caucase. Quant à la conférence, elle a rassemblé les représentants de quelque 120 agences gouvernementales et organisations locales et internationales (universités, institutions sportives, etc.).


Les neuf premiers mois de l’année 2019 ont été marqués par une dynamique positive du commerce extérieur du Turkménistan. Selon l’économiste Valentin Trapeznikov, l’un des principaux experts du Turkménistan de la Communauté des États indépendants, le chiffre d’affaires du commerce extérieur du pays a augmenté de 4,2 % par rapport à la même période de l’année dernière : les exportations de 7,6 % et les importations de 1,5 %.

Le solde positif du commerce extérieur s’est élevé à plus de 3,2 milliards USD au cours de la période considérée. Ce chiffre est supérieur de 0,56 milliard USD à celui de 2018, soit 21,1 % de plus. Le chiffre d’affaires total a dépassé les 11 milliards USD : 7,1 milliards pour les exportations et 3,9 milliards pour les importations.


Le chef de l’État turkmène a effectué en Italie une visite officielle de deux jours focalisée sur les relations économiques et commerciales entre les deux pays. Preuve de l’importance de ce sujet, un grand Forum des entreprises était organisé à Milan, le jour même de son arrivée, a réuni des représentants des secteurs publics et privés turkmènes et italiens. Les participants ont notamment discuté des possibilités de développement de la coopération dans les domaines de l’énergie, de la production de gaz et de pétrole, des télécommunications, des transports et d’autres secteurs à riche potentiel. Une exposition présentant les réalisations économiques et la culture du Turkménistan s’est également tenue à Milan.

Dans le même temps, à Rome, le président Berdymoukhamedov a commencé sa visite par un petit-déjeuner de travail avec des chefs d’entreprise italiens et européens de premier plan, notamment les dirigeants des sociétés Danieli, ENI, Leonardo SpA, Maire Tecnimont, Valvitalia, Thales Alenia Space, Bonatti, SACE, Pietro Fiorentini et d’autres.


L’Union des Industriels et Entrepreneurs du Turkménistan (UIET) est souvent présentée comme une association ou un syndicat représentant le patronat du pays. Elle est plus que cela : cet organisme public, fondé en 2008 à Achgabat, réunit des chefs d’entreprise du secteur privé, indépendamment de leur taille, dans le but d’exprimer et de protéger les droits et intérêts légitimes de ses membres, ainsi que de promouvoir le développement de l’esprit d’entreprise au Turkménistan. En 2013, l’UIET a été autorisée à créer le Parti des Industriels et Entrepreneurs, qui est devenu la deuxième formation politique du pays derrière le Parti démocratique, au pouvoir, jusque-là parti unique.

Plus de dix ans après la formation de l’UIET et alors que la société turkmène a connu des transformations profondes, la loi qui avait présidé à sa création n’était plus adaptée à la situation présente du pays. Une nouvelle mouture a été adoptée par le Mejlis, le Parlement turkmène, lors de sa session du 5 octobre dernier. Nous présentons ici les principales dispositions du texte qui vient d’être publié.

DébutPrécédent12345678910SuivantFin