Le consortium d’État Turkmengaz prévoit d’augmenter la capacité de production de l’usine de polymères de Kiyanly. Début mai, l’entreprise a annoncé un deuxième appel d’offres international pour la construction d’une unité de production d’isobutane dans cette usine. Cette décision s’appuie sur les projections de consommation : ainsi, selon un rapport de 2019 de l’agence d’analyse Reports and Data (États-Unis), le marché mondial de l’isobutane devrait atteindre 34 milliards USD d’ici 2026.

Rappelons que, en mars dernier, le consortium avait annoncé un appel d’offres pour des travaux de construction visant à diversifier l’utilisation du gaz naturel extrait dans le pays. L’usine de polymères de Kiyanly, qui a ouvert ses portes en octobre 2018, est capable de traiter jusqu’à 5 milliards de m3 de gaz naturel par an. Elle produit annuellement 386 000 tonnes de polyéthylène haute densité et 81 000 tonnes de polypropylène qui se négocient à la Bourse de marchandises et de matières premières du Turkménistan. Les 4,5 milliards de m3 de gaz commercialisables restants sont acheminés vers le réseau de gazoducs.


Depuis 2018, le Turkménistan fête en même temps, le 18 mai, la Constitution du pays et le Drapeau national. Cette célébration simultanée est destinée, selon les autorités, à symboliser l’unité et intégrité du pays ainsi que sa constante adhésion aux grands idéaux de paix et de neutralité définis par les textes fondamentaux.

En vertu d’une tradition maintenant bien établie, les manifestations officielles ont commencé hier, dès le matin, devant le Monument à la Constitution : le chef de l’État, Gourbangouly Berdymoukhamedov, y a déposé une gerbe en présence des membres du Cabinet des ministres et du gouvernement, des députés du Mejlis, des responsables des forces armées et des organismes de maintien de l’ordre, ainsi que des représentants des missions diplomatiques et des organisations internationales accréditées dans le pays.


À la suite d’une conversation téléphonique, le 12 mai dernier, entre les présidents Gourbangouly Berdymoukhamedov et Vladimir Poutine, le dialogue s’est poursuivi au niveau des vice-présidents du gouvernement. Rachid Meredov, vice-président du Cabinet et ministre des Affaires étrangères turkmène, s’est entretenu, par téléphone également, avec Alexeï Overtchouk, vice-premier ministre de la Fédération de Russie.

Au cours de la conversation, les parties ont discuté des aspects du renforcement de la coopération dans le cadre de la Commission intergouvernementale de coopération économique, à partir des orientations en vigueur destinées à développer les relations commerciales et économiques bilatérales. Les parties sont également convenues d’accroître encore leur coopération dans la lutte contre la propagation de la pandémie du Covid-19, dans l’esprit des avancées décidées par les deux chefs d’État lors de leur entretien. En effet, lors de leur conversation téléphonique, les présidents Berdymoukhamedov et Poutine ont évoqué l’opportunité de mettre en place un programme global commun de lutte contre la pandémie reflétant l’expérience acquise par les deux pays.


Au Turkménistan, avec les chevaux de race akhal-teke, qui constituent l’une des fiertés du pays au point de figurer sur les armoiries de l'État, les chiens bergers alabay ont pris une place particulière dans le cœur de la population et sont devenus un élément incontournable du patrimoine national, au même titre que ses sites archéologiques ou ses trésors d'artisanat.

Deux événements particuliers, début mai, à Achgabat et dans la province d'Akhal, ont marqué la volonté des autorités turkmènes de donner aux chiens alabay une place privilégiée non seulement dans le monde de la cynophilie, mais encore dans celui de l’élevage animal.


Dans tous les pays issus de l’ancienne Union soviétique, le 9 mai est fêté tous les ans pour commémorer la fin de la Grande Guerre patriotique (1941-1945) et la victoire sur l’Allemagne nazie. Les capitales et les villes importantes des nouveaux États indépendants organisent traditionnellement des défilés militaires et civils, le principal d’entre eux se déroulant à Moscou, sur la place Rouge.

En cette année où l’on célèbre la date marquante du 75e anniversaire de la fin des combats, la plupart de ces parades ont été reportées en raison de la pandémie de Covid-19 et des mesures de confinement. L’attention n’a été que plus grande envers celles qui se sont tenues malgré tout parce que les conditions épidémiologiques le permettaient. Au Turkménistan, le grand défilé d’Achgabat a pris un relief tout particulier.

DébutPrécédent12345678910SuivantFin