Dans le cadre d’une tournée en Asie centrale, le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a effectué une visite de travail au Turkménistan les 5 et 6 février. Il s’est entretenu avec son homologue turkmène, le vice-président du Cabinet Rachid Meredov. Il a également été reçu par le président Gourbangouly Berdymoukhamedov.

Les entretiens ont été dominés par le développement des relations entre les deux pays, notamment dans le domaine de l’énergie. À leur issue, le ministre russe a déclaré que les questions relatives à la coopération dans le secteur pétrolier et gazier seraient examinées lors d’une réunion de la commission intergouvernementale russo-turkmène qui se tiendra à une date prochaine.


Lors d’une vidéoconférence avec plusieurs membres du Cabinet des ministres, le président Berdymoukhamedov a engagé une restructuration profonde du gouvernement. Les décisions importantes qu’il a annoncées dans ce sens ont pour but d’accélérer le processus de transition vers l’économie de marché, d’accroître la part du secteur privé dans l’économie par la privatisation massive de la propriété et des entreprises d’État et de créer un système de gestion léger et efficace.

Les décisions annoncées ont été immédiatement envoyées aux vice-présidents du Cabinet concernés par le système gouvernemental de gestion des documents digitaux. Les modifications de la législation et de réglementation qui en découlent devront être soumises au Cabinet des ministres dans un délai de trois mois.


À partir de février 2019, le Turkménistan va reprendre ses exportations de pétrole par la Russie. Le brut sera acheminé par mer jusqu’au port de Makhatchkala, au Daghestan russe, où il sera pompé par l’oléoduc du Caucase du Nord jusqu’à Novorossiïsk sur la mer Noire.

Le transit via la Russie avait été arrêté en 2016 et, depuis lors, le pays exportait la totalité de son pétrole brut via le port de Bakou et l’oléoduc BTC (Bakou-Tbilissi-Ceyhan) jusqu’au port turc de Ceyhan, en Méditerranée.

Ce sont 200 000 tonnes de pétrole brut par mois qui seraient ainsi ajoutées au système russe Transneft. Selon certaines sources, citées par l’agence azerbaïdjanaise Trend, le négociant Vitol aurait déjà commencé à expédier le pétrole turkmène au port de Makhatchkala.


Il y a 27 ans, en janvier 1992, à l’issue de la décomposition de l’Union soviétique, le Turkménistan indépendant créait ses propres forces armées de manière à assurer la sécurité du pays. Cette date coïncide avec la Journée du défenseur de la patrie destinée à honorer les hommes et les femmes qui servent au sein des structures militaires du pays.

Conformément à la tradition, les cérémonies ont commencé par un dépôt de gerbe à l’École militaire spéciale n° 1 et au Mémorial du Peuple (Halk hakydasy), en mémoire des victimes civiles et militaires de différents conflits et catastrophes. Au cours d’une réunion solennelle à la Maison centrale des Officiers, du ministère de la Défense, des unités des forces armées et des structures de maintien de l’ordre ont été décorées conformément aux décrets signés la veille par le président Berdymoukhamedov, au cours d’une réunion spéciale du Conseil national de sécurité.


La première pierre de la future autoroute qui reliera, en décembre 2023, la ville d’Achgabat à Turkmenabat, capitale de la province de Lebap, dans l’est du pays, a été posée au cours d’une cérémonie solennelle à laquelle ont participé plusieurs responsables du gouvernement, des parlementaires et des administrations régionales.

C’est par une résolution du Cabinet des ministres du 11 janvier dernier que la société anonyme Türkmen Awtoban, membre de l’Union des Industriels et Entrepreneurs, a été autorisée à mener les travaux de construction des voies de circulation et des diverses installations et infrastructures nécessaires à l’exploitation et à l’entretien de l’ouvrage.