Des archéologues turkmènes ont fait une découverte extraordinaire dans le mausolée de cheikh Abou Saïd ibn Abou al-Khaïr, l’un des saints hommes du soufisme, mieux connu sous le nom de Miane-baba. Dans une cache postérieure à la construction du bâtiment, qui date des xe-xie siècles, ils ont trouvé un trésor constitué de 91 pièces de monnaie en argent datant du xiiie siècle.

En raison de l’oxydation au cours des siècles, les inscriptions de certaines des pièces ne peuvent pas être lues clairement mais sur les 91 monnaies, 47 portent le nom d’Abaqa Khan, le deuxième souverain mongol de l’Ilkhanat de Perse qui régna de 1265 à 1282.


L’ambassade de France au Turkménistan a organisé, le samedi 13 juillet au soir, la traditionnelle réception en l’honneur de la Fête nationale de la République française. Plus de 400 invités y ont pris part, sur l’esplanade arrière de l’hôtel Yyldyz, dans une ambiance à la fois musicale et gastronomique.

Après les hymnes nationaux, l’ambassadeur François Delahousse a prononcé une allocution et son invité d’honneur le vice-président du Cabinet des ministres chargé des transports et des communications, Mammetkhan Tchakiïev, qui représentait le gouvernement turkmène, a lu un message officiel de félicitations en réponse.


Une nouvelle stratégie européenne pour l’Asie centrale

Le haut représentant de l’Union européenne pour la politique étrangère et de sécurité, Mme Federica Mogherini, a effectué une visite de travail au Turkménistan au cours de laquelle elle a eu des entretiens avec notamment le vice-président du Cabinet et ministre des Affaires étrangères turkmène, Rachid Meredov et le président du Parlement, Mme Goulchat Mamedova.

Au ministère des Affaires étrangères, à Achgabat, Mme Mogherini et M. Meredov ont abordé la question de l’intensification de la coopération multilatérale entre l’Union européenne et le Turkménistan. Ils ont également noté les bons résultats obtenus dans le dialogue politique bilatéral, l’intégration économique régionale et le développement effectif des liens socioculturels.


La compagnie aérienne Turkmenistan Airlines (TUA), avec l’aide de la société allemande Lufthansa Consulting, a intensifié ses efforts pour répondre aux normes européennes de sécurité. Sans cela, elle ne pourra pas exploiter des vols à destination de l’Europe, bien que ses avions soient conformes aux normes des États-Unis et des autres pays du monde.

Rappelons que l’Agence européenne de la sécurité aérienne (AESA) avait suspendu la licence de vol de la compagnie turkmène à compter du 4 février dernier en raison d’un problème purement administratif, la qualité et la sécurité des appareils de la compagnie n’étant pas en cause. Il s’agissait d’une divergence entre les systèmes européen et américain de détermination de la sécurité des appareils. Comme le parc aérien de Turkmenistan Airlines se compose exclusivement d’avions américains (vingt Boeing 737, 757 et 777), la compagnie a jusqu’à présent adopté les règles américaines. Cette suspension, toutefois, ne concerne que les liaisons de TUA entre Achgabat et l’Union européenne (aéroports de Londres, Birmingham et Francfort).


L’usine de transformation de gaz naturel en essence (Gas to gasoline – GTG) d’Ovadan-Depe, dans la province d’Akhal a été officiellement inaugurée, le 28 juin, par le président Gourbangouly Berdymoukhamedov, en présence de nombreuses personnalités turkmènes et étrangères, notamment le ministre japonais de l’Économie, du Commerce et de l’Industrie, Yoshihiko Isozaki.

Cette unité de production particulièrement innovante qui transforme de manière industrielle le gaz naturel – dont le Turkménistan est le 4e producteur mondial – en essence, est la première au monde à entrer en service, comme le confirme un certificat établi par le célèbre Livre Guinness des records. Elle a été construite par un consortium ou figurent les consortiums publics turkmènes de la chimie et du gaz, ainsi que les sociétés Kawasaki Heavy Industries (Japon) et Rönesans Endüstri (Turquie).