À la suite d’une conversation téléphonique, le 12 mai dernier, entre les présidents Gourbangouly Berdymoukhamedov et Vladimir Poutine, le dialogue s’est poursuivi au niveau des vice-présidents du gouvernement. Rachid Meredov, vice-président du Cabinet et ministre des Affaires étrangères turkmène, s’est entretenu, par téléphone également, avec Alexeï Overtchouk, vice-premier ministre de la Fédération de Russie.

Au cours de la conversation, les parties ont discuté des aspects du renforcement de la coopération dans le cadre de la Commission intergouvernementale de coopération économique, à partir des orientations en vigueur destinées à développer les relations commerciales et économiques bilatérales. Les parties sont également convenues d’accroître encore leur coopération dans la lutte contre la propagation de la pandémie du Covid-19, dans l’esprit des avancées décidées par les deux chefs d’État lors de leur entretien. En effet, lors de leur conversation téléphonique, les présidents Berdymoukhamedov et Poutine ont évoqué l’opportunité de mettre en place un programme global commun de lutte contre la pandémie reflétant l’expérience acquise par les deux pays.


Au Turkménistan, avec les chevaux de race akhal-teke, qui constituent l’une des fiertés du pays au point de figurer sur les armoiries de l'État, les chiens bergers alabay ont pris une place particulière dans le cœur de la population et sont devenus un élément incontournable du patrimoine national, au même titre que ses sites archéologiques ou ses trésors d'artisanat.

Deux événements particuliers, début mai, à Achgabat et dans la province d'Akhal, ont marqué la volonté des autorités turkmènes de donner aux chiens alabay une place privilégiée non seulement dans le monde de la cynophilie, mais encore dans celui de l’élevage animal.


Dans tous les pays issus de l’ancienne Union soviétique, le 9 mai est fêté tous les ans pour commémorer la fin de la Grande Guerre patriotique (1941-1945) et la victoire sur l’Allemagne nazie. Les capitales et les villes importantes des nouveaux États indépendants organisent traditionnellement des défilés militaires et civils, le principal d’entre eux se déroulant à Moscou, sur la place Rouge.

En cette année où l’on célèbre la date marquante du 75e anniversaire de la fin des combats, la plupart de ces parades ont été reportées en raison de la pandémie de Covid-19 et des mesures de confinement. L’attention n’a été que plus grande envers celles qui se sont tenues malgré tout parce que les conditions épidémiologiques le permettaient. Au Turkménistan, le grand défilé d’Achgabat a pris un relief tout particulier.


Les producteurs de gaz d’Asie centrale – le Turkménistan, le Kazakhstan et l’Ouzbékistan – sont actuellement en négociations en vue d’une réduction partagée des approvisionnements en gaz en direction de la Chine, en raison de l’impact de la pandémie de coronavirus sur la demande.

Selon Mekhriddine Abdoullaïev, le directeur général d’Ouzbekneftegaz, le consortium ouzbek des hydrocarbures, « La Chine a demandé une réduction, mais en indiquant qu’elle devait s’effectuer sur une base proportionnelle entre le Turkménistan, le Kazakhstan et l’Ouzbékistan ». Un comité de coordination des trois pays fournisseurs d’Asie centrale est en discussion sur les volumes exacts, mais, selon le directeur général, aucune décision n’a encore été prise.


La tradition veut que les coursiers de race akhal-teke soient au centre de toutes les attentions lors de la Journée du cheval turkmène qui est célébrée annuellement, le dernier dimanche d’avril. En fait, les festivités durent plus d’une semaine et comprennent des manifestations diverses qui culminent par les courses hippiques au Centre équestre national près d’Achgabat, en présence du président Berdymoukhamedov.