La 18e édition de l’exposition internationale « Achgabat, ville blanche » s’est ouverte dans la capitale turkmène à l’occasion des célébrations de la Journée qui lui est consacrée. Cette manifestation annuelle vise à montrer les réalisations accomplies et les perspectives de développement de la ville dans les domaines de l’architecture, de la planification urbaine et des axes prioritaires de la coopération internationale dans ces secteurs.


La zone touristique nationale d’Avaza, près de Türkmenbaşy, a accueilli la dixième édition de la plus importante manifestation gazière de l’Asie centrale et de la Caspienne, le traditionnel Congrès du gaz du Turkménistan (TGC). Au cours des débats et en marge des conférences et tables rondes, quelque 450 participants en provenance de plus de 30 pays ont étudié les possibilités de coopération avec les partenaires turkmènes dans le domaine de l’extraction et du transit gazier et de l’industrie de transformation.

Depuis dix ans, le TGC est la principale plate-forme régionale de discussion sur l’état et les perspectives du développement de l’industrie gazière. Les pays de l’Union européenne, les États-Unis, les Émirats arabes unis, le Japon, la Chine, la Corée du Sud, la Turquie, l’Inde, l’Afghanistan, le Pakistan et les pays de la Communauté des États indépendants comptent parmi les participants réguliers de l’événement qui réunion des hauts dirigeants des plus grandes entreprises pétrolières et gazières, des structures financières, ainsi que de sociétés de services et de conseil, sans oublier des hauts fonctionnaires représentant des agences gouvernementales étrangères et certaines organisations internationales.


Depuis l’année dernière, au Turkménistan, la Constitution du pays et le Drapeau national sont célébrés ensemble le même jour, le 18 mai. Cette commémoration commune est destinée, selon le président Goubangouly Berdymoukhamedov, à symboliser l’unité et intégrité du pays et sa constante adhésion aux grands idéaux de paix et de neutralité.

Les manifestations officielles ont commencé dès le matin avec les traditionnels dépôts de gerbes, par le chef de l’État, au Monument à la Constitution et au pied du mat de 133 m sur lequel flotte le drapeau principal du pays. Situé au sud de la capitale, dans l’un de ses quartiers les plus agréables, sur le fond majestueux de la chaîne montagneuse du Kopet-Dag, le drapeau vert du pays, orné des guls, ces motifs traditionnels des cinq provinces du pays, est visible depuis l’ensemble de la ville.


En 2019, le Turkménistan assure la présidence tournante de la Communauté des États indépendants (CEI) et plusieurs événements importants de haut niveau se dérouleront sur son sol, notamment le conseil des chefs de gouvernement, fin mai, et le sommet des chefs d’État, en octobre. Dans ce cadre, deux événements importants se sont déroulés à Achgabat, le 15 mai : le 14e Forum des milieux scientifiques et créatifs de la CEI et la réunion du Conseil de coordination des pays de la CEI sur les semences.


Lors d’une cérémonie solennelle qui s’est tenue le 8 mai, le président turkmène Gourbangouly Berdymoukhamedov a posé la première pierre de ce qui sera, d’ici trois ans, le premier village implanté sur les berges du nouveau lac Altyn Asyr (« Âge d’Or »), dans la provinces de Balkan, à la limite de celle de Daşoguz. En présence de nombreux députés du Mejlis, de membres du Cabinet des ministres, de diplomates et de représentants d’organisations internationales, le chef de l’État a inséré une note commémorative, protégée par une capsule spéciale, dans un pilier des fondations du futur bâtiment administratif central.

Il y a une vingtaine d’années, cette zone n’était qu’une énorme cuvette appelée Garachor, au milieu du désert de Karakoum. Aujourd’hui, c’est un lac artificiel, formé par la collecte des eaux d’irrigation des cinq provinces turkmènes grâce à un réseau compliqué de canaux. Encore en voie de remplissage, le lac atteindra à terme 103 km de long, sur une largeur maximale de 18,6 km et une profondeur moyenne de 70 m.