Le budget du Turkménistan adopté fin novembre par les députés du Mejlis a acquis force de loi après sa promulgation par le président Berdymoukhamedov.

Le décret correspondant commence par donner quitus au gouvernement pour le budget de 2019, avec des recettes d’un montant de 84 391,7 millions TMT (manats turkmènes), c’est-à-dire l’équivalent de 24,11 milliards USD[1], et des dépenses de 84 291,7 millions TMT (soit 24,08 milliards USD).

Le budget pour 2020 se situe un peu en retrait sur celui de 2019 puisque les recettes se montent à 76 443,2 millions TMT (21,84 milliards USD) et les dépenses à 76 343,2 millions TMT (21,81 milliards USD).


Tachkent, la capitale de l’Ouzbékistan, a accueilli la deuxième réunion consultative des chefs des États d’Asie centrale. Le but de la conférence était d’initier une convergence des cinq pays concernés pour parvenir, à terme, à une intégration économique et une entente politique face aux défis internationaux. Il s’agissait, lors de cette rencontre, de discuter des moyens de rapprochement entre les cinq pays du format et de relever des défis communs.

Les participants à ce sommet étaient les présidents Chavkat Mirziïoïev de l’Ouzbékistan, Sooronbay Jeenbekov du Kirghizistan, Emomali Rakhmon du Tadjikistan et Gourbangouly Berdymoukhamedov du Turkménistan. Le Kazakhstan n’était pas représenté par son chef de l’État en titre, mais par Noursoultan Nazarbaïev, le premier président de la république qui a quitté ses fonctions en mars 2019.


En novembre, une mission du Fonds monétaire international (FMI) dirigée par Mme Natalia Tamirisa a effectué une visite d’étude au Turkménistan dans le but d’évaluer les développements récents et de discuter des priorités de politique économique et financière avec de hauts responsables gouvernementaux, des entrepreneurs, des hommes d’affaires et des financiers.

Il s’agissait avant tout d’effectuer une étude d’étape des résultats de la stratégie du Turkménistan pour une croissance forte fondée sur l’investissement et étayée par une politique de substitution des importations et de promotion des exportations, des prêts dirigés et des contrôles de change sur les transactions internationales.


La capitale turkmène a accueilli une exposition internationale et une conférence consacrées à l’éducation et au sport, avec la participation de plus d’une cinquantaine d’entreprises étrangères de renom spécialisées dans les ordinateurs, les supports logiciels, les équipements multimédias, le mobilier scolaire, les supports pédagogiques et visuels, le matériel de laboratoire, les équipements sportifs, etc.

Les participants venaient de nombreux pays partenaires du Turkménistan, parmi lesquels la Chine, la Russie, les États-Unis, le Canada, le Royaume-Uni, la France ainsi que plusieurs autres pays de l’Union européenne, sans oublier la Corée du Sud, l’Inde, la Turquie, et les pays d’Asie centrale et du Caucase. Quant à la conférence, elle a rassemblé les représentants de quelque 120 agences gouvernementales et organisations locales et internationales (universités, institutions sportives, etc.).


Les neuf premiers mois de l’année 2019 ont été marqués par une dynamique positive du commerce extérieur du Turkménistan. Selon l’économiste Valentin Trapeznikov, l’un des principaux experts du Turkménistan de la Communauté des États indépendants, le chiffre d’affaires du commerce extérieur du pays a augmenté de 4,2 % par rapport à la même période de l’année dernière : les exportations de 7,6 % et les importations de 1,5 %.

Le solde positif du commerce extérieur s’est élevé à plus de 3,2 milliards USD au cours de la période considérée. Ce chiffre est supérieur de 0,56 milliard USD à celui de 2018, soit 21,1 % de plus. Le chiffre d’affaires total a dépassé les 11 milliards USD : 7,1 milliards pour les exportations et 3,9 milliards pour les importations.