De nombreuses PME du Turkménistan vont bénéficier d’un programme de conseil mis en place par la Banque européenne pour la reconstruction et le développement financé par l’Union européenne à hauteur de 5,35 millions EUR. Ce nouveau programme vise à améliorer le savoir-faire et la compétitivité des PME, à charge pour les entreprises participantes à s’engager à améliorer leurs pratiques commerciales.

Cette initiative fait partie des efforts visant à développer le secteur privé au Turkménistan et à diversifier l’économie. Les conseils aux petites entreprises viseront principalement à améliorer les compétences et les pratiques de gestion des PME turkmènes, en tirant parti des investissements de la BERD avec un soutien et une formation pour les cadres et employés, mais aussi pour les fournisseurs.


Le développement du réseau routier turkmène revêt, pour le gouvernement, une importance stratégique avec la mise en place d’importants corridors de transport et de transit reliant l’Europe à l’Asie et au Proche-Orient qui traversent le pays sur des axes Nord-Sud et Est-Ouest. Dans ce contexte, l’augmentation des capacités logistiques du Turkménistan est essentielle pour sa croissance économique dans les années à venir.

L’une des priorités est la mise en service d’autoroutes conformes aux normes internationales pour relier les principales villes du pays et les principaux nœuds de transport. Pour cela, les entreprises de construction du consortium d’État Turkmenavtoyollary réalisent d’importants travaux sur les grands axes de circulation.


En matière musicale, les années se suivent et se ressemblent, pour le meilleur. Il y a un an, deux talentueux pianistes français, Maxime Zecchini et David Bismuth, avaient donné un concert à quatre mains à Achgabat, qui avait connu un fort retentissement dans la capitale turkmène. Ils avaient promis de revenir, et ils viennent de tenir leur promesse.

Ils se sont produits au Théâtre Magtymguly de musique de d’art dramatique dans le cadre d’un concert franco-turkmène intitulé « Amour éternel » et organisé conjointement par le ministère de la Culture du Turkménistan, l’ambassade de France et l’Institut français au Turkménistan.


Alors que le vice-président du Cabinet et ministre des Affaires étrangères du Turkménistan a mené au cours des dernières semaines d’intenses négociations sur la possibilité de construire le gazoduc Transcaspien entre le Turkménistan et l’Azerbaïdjan, qui permettrait, à terme, de livrer du gaz naturel turkmène en Europe, un comité d’experts sur l’avenir du Projet de corridor international de transport mer Caspienne-mer Noire s’est réuni à Achgabat.

Pour le Turkménistan, la signature de la Convention juridique de la Caspienne par les cinq États riverains de cette mer fermée, en août dernier, a levé un certain nombre d’inconnues qui ternissaient les perspectives d’ouverture des exportations turkmènes de gaz vers les pays européens aussi bien que la viabilité de différentes voies de transit et transport entre l’Asie et l’Europe via le Turkménistan.


Lors de la troisième session de la sixième législature, le Mejlis (Parlement) du Turkménistan, réuni sous la présidence de Mme Goulchat Mamedova, a examiné et adopté un certain nombre de projets de loi présentés par le gouvernement.

Ainsi, les députés ont approuvé la loi « sur la Remise en état des terres » destinée à tenir compte des réformes à grande échelle qui sont en cours dans le secteur agricole du pays. La loi prévoit d’accorder une attention particulière à l’utilisation des ressources en terres et en eau, en tant que facteur essentiel du développement dynamique du complexe agricole. Elle est appelée à faciliter l’irrigation par la construction de systèmes hydrotechniques et d’autres installations (retenues d’eau, barrages, stations de pompage, etc.).