À partir de février 2019, le Turkménistan va reprendre ses exportations de pétrole par la Russie. Le brut sera acheminé par mer jusqu’au port de Makhatchkala, au Daghestan russe, où il sera pompé par l’oléoduc du Caucase du Nord jusqu’à Novorossiïsk sur la mer Noire.

Le transit via la Russie avait été arrêté en 2016 et, depuis lors, le pays exportait la totalité de son pétrole brut via le port de Bakou et l’oléoduc BTC (Bakou-Tbilissi-Ceyhan) jusqu’au port turc de Ceyhan, en Méditerranée.

Ce sont 200 000 tonnes de pétrole brut par mois qui seraient ainsi ajoutées au système russe Transneft. Selon certaines sources, citées par l’agence azerbaïdjanaise Trend, le négociant Vitol aurait déjà commencé à expédier le pétrole turkmène au port de Makhatchkala.


Il y a 27 ans, en janvier 1992, à l’issue de la décomposition de l’Union soviétique, le Turkménistan indépendant créait ses propres forces armées de manière à assurer la sécurité du pays. Cette date coïncide avec la Journée du défenseur de la patrie destinée à honorer les hommes et les femmes qui servent au sein des structures militaires du pays.

Conformément à la tradition, les cérémonies ont commencé par un dépôt de gerbe à l’École militaire spéciale n° 1 et au Mémorial du Peuple (Halk hakydasy), en mémoire des victimes civiles et militaires de différents conflits et catastrophes. Au cours d’une réunion solennelle à la Maison centrale des Officiers, du ministère de la Défense, des unités des forces armées et des structures de maintien de l’ordre ont été décorées conformément aux décrets signés la veille par le président Berdymoukhamedov, au cours d’une réunion spéciale du Conseil national de sécurité.


La première pierre de la future autoroute qui reliera, en décembre 2023, la ville d’Achgabat à Turkmenabat, capitale de la province de Lebap, dans l’est du pays, a été posée au cours d’une cérémonie solennelle à laquelle ont participé plusieurs responsables du gouvernement, des parlementaires et des administrations régionales.

C’est par une résolution du Cabinet des ministres du 11 janvier dernier que la société anonyme Türkmen Awtoban, membre de l’Union des Industriels et Entrepreneurs, a été autorisée à mener les travaux de construction des voies de circulation et des diverses installations et infrastructures nécessaires à l’exploitation et à l’entretien de l’ouvrage.


Lors d’une réunion spéciale du Cabinet des ministres convoquée pour se pencher sur la réalisation du Plan septennal en cours, le président Berdymoukhamedov a donné de nouvelles directives pour la finalisation de sa version définitive qui ne couvrira pas la période 2018-2024, comme il était précédemment prévu, mais 2019-2025.

La réunion s’est tenue en présence de vice-présidents du Cabinet chargés des secteurs concernés par le document : Gochmyrat Mouradov (économie et finances), Akyniïaz Agamouradov (éducation, science, santé et tourisme), Tchary Gylyjov (commerce), Dadebey Amangueldiïev (construction et énergie), Essenmyrat Orazgueldiev (agriculture).

Le président a appelé les participants à approfondir leur contribution au Plan dans leurs secteurs respectifs selon les lignes nouvellement fixées.


Le président Berdymoukhamedov a effectué une visite de travail dans le district de Bagtiïarlyk, au nord d’Achgabat, pour étudier le projet de zone résidentielle qui va être construite dans cette partie de la ville. Il s’agit d’un véritable nouveau quartier qui va émerger de terre avec des lotissements et des immeubles d’habitation, des bâtiments administratifs, des commerces, des services communaux et des équipements sociaux.

Ainsi, les investissements prévus permettront la construction de huit jardins d’enfants et écoles maternelles, six écoles primaires et secondaires, une maison de la culture, deux établissements médiaux et un palais des mariages. Ces projets entrent dans le cadre du développement du district pour la période 2020-2030.

Les bâtiments prévus comprennent également :

– un immeuble administratif pour la municipalité du district ;

– des zones résidentielles dans diverses configurations, depuis les immeubles d’habitation à plusieurs étages aux lotissements de cottages individuels qui permettront de loger quelque 100 000 personnes sur une superficie de 600 hectares (les plans sont encore à l’étude) ;