Lors d’une récente vidéoconférence, le chef de l’État, les gouverneurs des provinces, le maire d’Achgabat et les vice-présidents du Cabinet chargés de leur supervision ont étudié l’état d’avancement des travaux de construction en cours dans le pays. Au total, 84 infrastructures diverses – à but social pour la plupart – vont être inaugurées avant la fin de l’année dans le cadre des festivités du 25e anniversaire de la neutralité permanente du Turkménistan.

À Achgabat, les travaux les plus importants concernent deux écoles qui pourront accueillir 1 320 élèves, une maternelle pour 320 enfants, trois centres de santé, six immeubles d'habitation destinés à 2 000 familles, une entreprise de tissage de tapis, une entreprise de ferronnerie pouvant produire annuellement 300 tonnes de produits décoratifs en fer, ainsi que treize autres installations de moindre importance.


L’état-major général de l’armée turkmène investit dans la formation technologique des futurs officiers. L’École militaire spécialisée n° 1, du ministère de la Défense, a ouvert un centre destiné à l’utilisation des technologies innovantes dans l’éducation.

Combinant jeu et apprentissage, le centre fonctionnera dans le cadre du Conseil des jeunes scientifiques de l’établissement. Les cadets pourront travailler sur leurs propres projets, étudier les domaines scientifiques qui les intéressent et se préparer à participer à des expositions et des olympiades thématiques.

Bien que récemment ouvert, le centre est déjà équipé d’ordinateurs modernes et de forte puissance de calcul qui permettent de développer des programmes et de s’engager dans la modélisation 3D. Dans un avenir proche, il est prévu de procéder à un nouvel achat de nouveaux équipements scientifiques, de robotique et de composants pour des expériences technologiques.


Cette année, le forum international « Pétrole et Gaz du Turkménistan-2020 » (OGT-2020), manifestation qui a lieu annuellement à Avaza, en novembre, s’est exportée dans le Golfe pour une tournée de présentation qui a débuté à Dubaï par une conférence internationale intitulée : « Le gazoduc TAPI – un pipeline pour la paix et la coopération ».

Dans son discours de bienvenue, Iagchygueldy Kakaïev, conseiller du président du Turkménistan sur les questions pétrolières et gazières, a souligné que la situation économique et politique stable dans le pays, ainsi que le cadre législatif et la garantie de l’État comptent parmi les principaux facteurs qui rendent le Turkménistan de plus en plus attrayant pour les investisseurs étrangers.


La loi « sur les investissements étrangers », votée par les députés du Mejlis et promulguée par le chef de l’État, fixe le cadre légal des activités des investisseurs étrangers au Turkménistan et des entreprises turkmènes disposant de capitaux étrangers. Elle vise aussi à attirer les investissements étrangers et à mettre en place les dispositifs destinés à utiliser efficacement ces derniers.

Bien entendu, les articles de la loi sont conformes à la législation du Turkménistan, mais s’ils contreviennent à des dispositions de traités internationaux, ce sont ces dernières qui s’appliquent.


Les résultats macroéconomiques de 2019 montrent une nouvelle fois la stabilité de la croissance du PIB turkmène qui s’établit à 6,3 % par rapport à l’année précédente, dont 4,1 % dans l’industrie, 14,2 % dans le commerce et 10,1 % dans les transports et communications.

Achgabat attribue ce résultat à l’adoption du Programme de développement social et économique pour 2019-2025 et du Programme de développement de l’activité économique étrangère pour 2020-2025. Le début de la réalisation du Concept de transit vers l’économie numérique pour 2019-2025 compte également comme l’un des événements marquants de l’année dernière. Chacun de ces programmes présente un plan d’action précis sur les orientations stratégiques et sert de plateforme pour la mise en œuvre des étapes prévues.