Depuis plus d’un demi-siècle, le canal du Karakoum – ou la « rivière Karakoum » pour les Turkmènes – demeure la principale structure hydraulique du Turkménistan. Voie navigable de plus de 1 100 km avec des structures de régulation, des réservoirs et sa propre base de production, il est alimenté par le fleuve Amou-Daria dont il charrie les eaux à travers les zones désertiques du Karakoum. Il est le plus grand système d'irrigation au monde, arrosant environ un million d'hectares de terres agricoles.

Sa section principale a été construite entre 1954 et 1967 et, depuis, sa structure a été prolongée de ramifications jusqu’à la mer Caspienne. Actuellement, des travaux sont en cours pour augmenter son débit et des réalisations importantes ont d’ores et déjà changé l’aspect du canal. Ainsi, un nouveau réservoir artificiel est en cours de préparation pour le remplissage, avec une capacité de stockage de 18 millions de m3 d'eau.


Au cours du 14e sommet de l’Organisation de coopération économique (OCE), qui s’est déroulé par vidéoconférence, le Turkménistan a pris la présidence tournante de ce groupe de dix pays d’Asie centrale et mineure réunis dans le but de favoriser le développement, promouvoir le commerce international et trouver des opportunités d'investissement.

En plus du président turkmène Gourbangouly Berdymoukhamedov, la réunion a été suivie par ses homologues d'Afghanistan Mohammad Ashraf Ghani, d'Azerbaïdjan Ilham Aliev, d'Iran Hassan Rohani, du Kazakhstan Kassym-Jomart Tokaïev, du Kirghizistan Sadyr Djaparov, d'Ouzbékistan Chavkat Mirziïoïev, du Tadjikistan Emomali Rakhmon, de Turquie Recep Tayyip Erdogan, ainsi que par le Premier ministre du Pakistan Imran Khan et le secrétaire général de l'OCE Hadi Sulaimanpur.


Le président propose de réviser un certain nombre de lois pour tenir compte des défis posés par la situation actuelle


Le chef de l’État turkmène s’est livré, le 25 février dernier, à l’exercice annuel de présentation de la politique gouvernementale devant le Parlement national, le Mejlis du Turkménistan. Il a également défini les tâches des parlementaires et les domaines prioritaires du travail législatif dans la nouvelle étape de développement de l'État.

Avant la séance plénière, le président Berdymoukhamedov a échangé des vues avec les dirigeants du Mejlis, des partis politiques et des organisations publiques. Il a noté le rôle important joué par ces structures dans la vulgarisation de la politique intérieure et extérieure du pays : elles nourrissant, selon lui, les fondements démocratiques de la société et renforcent l'unité du peuple. Les parlementaires, les membres des partis politiques et des organisations publiques apportent une contribution valable à la mise en œuvre de la politique de l’État.


Lors d’une rencontre en face-à-face, à Achgabat, avec le P.-D.G. de la société pétrolière russe Lukoil, Vagit Alekperov, le président Berdymoukhamedov a accepté la proposition de ce dernier d’investir dans le champ d’hydrocarbures de Dostlouk, en mer Caspienne.


Depuis l’arrivée du président Chavkat Mirziïoïev à la tête de l’Ouzbékistan, en septembre 2016, un dialogue régulier s’est établi avec son homologue, le chef de l’État turkmène Gourbangouly Berdymoukhamedov, et le partenariat stratégique se développe de manière constante entre les deux pays, comme le confirme la récente visite de travail à Achgabat, d’Abdoulaziz Kamilov, le ministre ouzbek des Affaires étrangères d’Ouzbékistan, les 16 et 17 février.

Le chef de la diplomatie ouzbèke a d’abord eu des entretiens approfondis avec le vice-président du Cabinet et ministre des Affaires étrangères turkmène, Rachid Meredov, avant d’être reçu, le lendemain, par le président Berdymoukhamedov, puis de tenir une réunion d’information en ligne à l’Institut des relations internationales d’Achgabat.